Quantcast
Clicky

Présentation

Calendrier

Juin 2013
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Concours

Recommander

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

Billet d'humeur politique



suppression en douce de la demi-part

Jusqu'à présent, les parents isolés bénéficiaient de cet avantage fiscal à vie.
Le sénateur UMP Philippe Marini propose de supprimer progressivement la demi-part supplémentaire accordé aux personnes vivant seules :veufs et veuves, pères et mères célibataires... et ayant élevé au moins un enfant.

  Cette proposition suscitera colère et indignation.
cet amendement devrait être adopté dans la nuit de lundi à mardi.

 

Choquant, révoltant : cet amendement fait suite à une proposition ridicule sur celui des pertes en bourse. Cela pénalise une fois de plus les petits revenus et les personnes économiquement fragile. Qu'on rétrocède aux femmes un petit avantage sur leur imposition n'est pour moi que le remboursement de privations qu'elles ont subies pendant l'éducation de leurs enfants. C'est vraiment lamentable de voir jusqu'où l'on va pour gratter quelques sous que l'on redistribue ensuite n'importe comment. Un amendement qui, une fois de plus, tire vers le bas le peu accordé aux plus faibles .

Comment les français pourront admettre le spectacle de toutes les richesses étalées sans vergogne par notre 'garde des seaux' dans Paris Match ou chez Dior, bagues a 15000 euros effacées des photos par Le Figaro, salaires prohibitifs, voyages pompeux incessants, les avantages dont ils continuent de bénéficier, statut, retraite, logement, quand tant de misère frappe à nos portes ?

 Lorsque l'on a deux salaires ou deux retraites,
on paye tout ce qui est dû avec une retraite.
L'autre permet de manger et vivre un peu mieux, voire de survivre.
Mais lorsque l'on est seule, que reste-t-il après avoir tout payé ? .
Cela va alourdir les impôts locaux qui sont élevés. 
Les foyers concernés sont au nombre de 4 300 000 !

Heureusement que le gouvernement passe en douce
cette mesure en l'absence d'échéances électorales.
Les français n'ont pas la mémoire courte.
Cela pourrait d'ailleurs bien se retourner contre eux lors des prochaines élections.
Cette demi-part concerne essentiellement des personnes agées  
à qui elle permet de payer moins d 'impôts,
voire d'être exonérées, ces personnes étant souvent modestes.
Par conséquent , pour beaucoup d entre eux,
ils vont devenir imposables du fait de la suppression de cette demi-part".

L'amendement pour Dexia est compris (?!?) pour sauver les municipalités
et éviter un désastre par ricochet mais les sarkozettes automobiles
pour relancer 30 000 ventes et ces mesures pour gratter quelques sous
au moment ou toute l'Europe s'enflamme
sont-elles vraiment les bonnes solutions pour relancer la croissance ?,

ce n'est pas du courage politique
mais de la bêtise.

 

 

 LE DALAI LAMA A BON DOS...
(mais qui craint de perdre la face ?)
 
 
** L'attaque demeure la meilleure défense : voilà une maxime napoléonienne que le grand stratège et théoricien de l'art de la guerre Sun Tzu n'aurait pas désavouée.
Les Chinois, dont les produits laitiers à la mélamine sont désormais interdits d'exportation sur l'ensemble du globe et dont les jouets toxiques ou dangereux sont désormais boycottés par la moitié de la planète, ont décidé de passer à l'offensive. Ils ont annulé au dernier moment le sommet sino-européen de Lyon puis franco-chinois de Paris -- prévus respectivement lundi et mardi prochains -- afin de protester, selon l'excuse officielle, contre une rencontre prévue de longue date entre le Dalaï Lama et Nicolas Sarkozy (le 6 décembre en Pologne), président en exercice de l'UE.
 
Les communiqués officiels chinois sont ciselés dans la plus pure langue de bois en usage du temps des années de plomb du communisme le plus totalitaire.
 
Le ministre des Affaires étrangères, M. Qin Gang, s'exprimant au nom ou avec l'aval du Premier ministre Wen Jiabao, a en effet déclaré que "la date d'un futur sommet dépendra du moment où la France adoptera des mesures concrètes pour créer les bonnes conditions nécessaires pour qu'un tel événement ait lieu".
Et d'ajouter : "le gouvernement et le peuple chinois s'opposent résolument à quelque activité séparatiste que ce soit du Dalaï Lama à l'étranger, ainsi qu'aux contacts que celui-ci entretient avec des dirigeants étrangers".
Sur les blogs (officiels) chinois circulent parallèlement des pamphlets présentant le Dalaï Lama comme une marionnette de la CIA, dont on sait aujourd'hui que l'exécutif est très divisé sur les questions internationales. Sans parler du fait que pour la CIA, le Tibet vient en 36ème position en termes de priorité, compte tenu de dossiers géostratégiques autrement plus brûlants depuis septembre 2001, à commencer par le Pakistan et l'Inde -- au lendemain de la vague d'attentats anti-Occidentaux qui a ensanglanté Bombay.
 
L'opinion publique occidentale se laissera-t-elle abuser par la manoeuvre chinoise ?
** Il suffirait en effet de quelques dissensions entre les Européens (dans le registre "à qui la faute ?") pour que Pékin parvienne à diviser le front uni qui semble se constituer depuis quelques mois sur la question de l'industrie de la contrefaçon, dont la Chine reste le principal pourvoyeur (30% de la production mondiale).
 
Le faux affecte aussi bien le secteur de l'horlogerie et de la maroquinerie de luxe que les baladeurs numériques, les cosmétiques, les médicaments, les pièces de rechange automobile, les composants électroniques... sans oublier les "griffes" et le sportswear qui sont des incontournables depuis des décennies.
Ce sont en tout près de 200 000 emplois perdus en Occident, d'après les douanes et les études de divers ministères de l'Economie. Cette hémorragie devient insupportable en ces temps de crise où le chômage explose -- +45 900 demandeurs d'emploi en France en octobre.


** S'agissant des aspects purement diplomatiques du "complot" dont la Chine se prétend victime par rapport aux visées prétendument séparatistes du Dalaï Lama, voilà bien une piètre manière de faire taire les critiques et faire oublier l'influence de Pékin au Soudan, alors que des millions d'êtres humains sont menacés pour leur survie au Darfour.
 
 
S'agissant des aspects économiques -- et au-delà même des entorses aux règles commerciales dont la Chine s'est rendue coupable ces derniers mois --, il y a un sévère ralentissement de la croissance en interne, une fois passé le rush des Jeux olympiques. Pékin se retrouve confronté à un chômage de masse, à la fermeture de milliers d'usines et à un surstock d'articles impayés, destinés à l'export, dont les clients ne prennent plus livraison.


La Chine menace de reporter des commandes d'Airbus. Là non plus, il ne faut pas se laisser impressionner : ces avions ne seront pas fabriqués à Toulouse ou à Hambourg pour être livrés sans délai à l'empire du Milieu une fois peint sur l'empennage le logo des compagnies d'aviation locales.

 


La plupart des appareils seront en effet construits sur place, sous licence EADS, par des ouvriers chinois. Le report des commandes pénalise d'abord les salariés domestiques... mais il va soulager les banquiers de certaines compagnies chinoises qui s'étaient un peu emballées, se fiant à des projections de croissance du trafic aérien exagérément optimistes.


Un sommet franco-chinois, c'est fait pour signer des contrats... mais Pékin se retrouve aujourd'hui plutôt gêné aux entournures. L'impératif du moment est de réduire la voilure en termes de projets industriels et de consolider la demande interne.
 
Les incertitudes économiques ne sont certainement pas moins grandes dans l'empire du Milieu qu'en Europe ou aux Etats-Unis... sinon Pékin n'aurait jamais annoncé ce jeudi un abaissement de 108 points de base du taux directeur -- soit quatre crans d'un coup puisque le "pas de variation" traditionnel de la banque centrale est de 27 points de base et non de 25 points comme en Occident.
 
Oui, décidément, le Dalaï Lama a bon dos ; ce coup d'éclat diplomatique incriminant Nicolas Sarkozy en dit finalement assez long sur la période difficile qu'affronte la Chine après plusieurs années de croissance à deux chiffres. Et l'essentiel, pour les dirigeants de l'empire du Milieu, quels que soient l'époque ou les circonstances, est de ne pas perdre la face !


** L'Europe ne va pas très fort non plus. L'indicateur du climat des affaires (BCI) dans l'Euroland a de nouveau décliné à -2,14 en novembre contre -1,34 en octobre, un chiffre confirmé en seconde lecture et qui est le plus faible depuis 1993.
 
L'indicateur du sentiment économique (ESI) a également poursuivi son recul en novembre dans l'Union européenne, baissant de 6,7 points, à 70,5 points et, dans la Zone euro, de 5,1 points à 74,9. Il a atteint son niveau le plus bas depuis janvier 1985 dans l'Union européenne et depuis août 1993 dans la Zone euro.
 
Mais à l'image du scénario observé à Wall Street mercredi soir, les investisseurs ont choisi de passer outre. Le CAC 40 a grimpé de 2,54% à 3 250 points grâce au réveil des valeurs financières qui bénéficient d'une rafale de rachats à bon compte. Parallèlement, le coûteux sauvetage de Citigroup par la Fed et le Trésor américain symbolise une volonté forte de ne pas laisser se répéter un scénario "à la Lehman" qui avait provoqué une panique boursière début octobre.

 


Les indices du Vieux Continent ont progressé de 2,3% en moyenne dans des volumes relativement faibles (chute de 50% de l'activité à Paris en 48 heures à 2,52 milliards d'euros) en raison de la fermeture des marchés aux Etats-Unis alors que les Américains célèbrent Thanksgiving -- Wall Street ne rouvrira que pour une demi-journée cet après-midi..

 


L'espoir d'une sortie de crise fin 2009, même s'il demeure fragile et si la récession s'aggrave d'ici le printemps prochain, commence à renaître avec la présentation de divers plans de relance économique.

 

L'Espagne met à son tour 11 milliards d'euros sur la table pour soutenir le secteur immobilier et fluidifier le marché du crédit. Laissons les marchés faire preuve d'un peu d'optimisme à l'approche des fêtes de fin d'année. Laissons-les faire sauter les bouchons... mais préparons nous à ce que les libations débouchent sur une sévère gueule de bois.


Philippe Béchade,
Paris


Bouteille servie au repas 'intime' du G20
coût : 499 $ sur Wine.com

Belle leçon de relance
de l'économie réelle.

(CNN) – The global economy may be undergoing a significant downturn, but the White House's dinner budget still appears flush with cash.
After all, world leaders who are in town to discuss the economic crisis are set to dine in style Friday night while sipping wine listed at nearly $500 a bottle.
According to the White House, tonight's dinner to kick off the G-20 summit includes such dishes as "Fruitwood-smoked Quail," "Thyme-roasted Rack of Lamb," and "Tomato, Fennel and Eggplant Fondue Chanterelle Jus."
To wash it all down, world leaders will be served Shafer Cabernet “Hillside Select” 2003, a wine that sells at $499 on Wine.com.
The exceedingly pricey wine may seem a bit peculiar given leaders are in Washington to discuss a possible world financial meltdown, but Sally McDonough, a spokeswoman for Laura Bush, said it "was the most appropriate wine that we had in the White House wine cellar for such a gathering.
McDonough also said the White House purchased the wine at a "significantly lower price" than what it is listed at.
"Of course the White House gets its wine at wholesale prices," she said. "Given the intimate size of the group, it was an appropriate time for The White House to use this stock."
The leaders of the U.K., France, Russia, China, India, Brazil, Saudi Arabia, South Africa, Turkey and 11 developing economies have all come to Washington at the behest of President Bush in an effort to express confidence in the fundamental underpinnings of the world's economy.




C'est la rumeure de faillite de General Motors (Reuters) qui accentue la chute des cours avec le titre Renault à -20% et l'indice CAC à -10%, l'Eurostoxx à -10%. General Motors pourrait ne pas ouvrir , ni le New York Stock Exchange ou serait différée. GM pourrait être placé en faillite sous la loi protectrice dites : 'chapter 11'. Les indices US Dow Jones et S&P sont en 'limit-down'. Les investisseurs ont fortement vendu l'Europe ne pouvant traiter les Etats-Unis ce matin. Les gouvernements devraient prebndre de sévères mesures au risque de voir s'effondrer l'ensemble des marchés financiers. La fermeture des marchés sera de nouveau évoquée pour permettre aux acteurs de respirer et il serait judicieux d'étendre la mesure de l'interdiction de vente à découvert sur l'ensemble des equities. Les banques cantrales pourraient  également faire un geste de relance en baissant de nouveau leur taux à hauteur de 75bp aux US et 50BP pour la BCE la semaine prochaine.

 






























































































Profil

  • ReaClic
  • Community Manager
  • Homme
  • 07/05/1962
  • réseaux sociaux network networker branding réseaux sociaux professionnels
  • CV Digital: http://www.louis-serge-real-del-sarte.com/ Consultant en Réseaux Sociaux d'Entreprise Octobre 2009 à Janvier 2010: rédaction d'un ouvrage sur 'Les Réseaux Sociaux en ligne sur Internet' aux éditions Alphée distribué au premier

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés