Quantcast
Clicky

Présentation

Calendrier

Juin 2013
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Concours

Recommander

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

Article de Presse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Les investisseurs individuels
n’ont pas déserté la Bourse.

Ils ne sont que 8% à déclarer s’être fortement désengagés de la Bourse.

83% ont une position d’attente et 9% déclarent qu’ils interviennent régulièrement afin de saisir des opportunités qui se présentent.

Pour un quart d’entre eux, cette crise est durable et pour 44% elle n’est qu’une dérive du système financier.

Ainsi pour eux, les principaux responsables de la crise financière actuelle sont les banques américaines qui ont accordé des crédits à des personnes peu solvables et qui ont ensuite fait partager ces risques au reste du monde. Vient juste après, le manque de moyens des autorités de régulation.

Dans ce contexte de crise boursière inédite, les investisseurs particuliers interrogés souhaitent que l’on renforce les contrôles des banques, puis qu’un nouveau système financier soit mis en place à l’échelle de la planète. Vient en 3e position, la garantie de la solvabilité des banques par l’Etat.

89% d’entre eux considèrent que les cours actuels de bourse des sociétés ne correspondent pas à la réalité des valeurs des entreprises cotées. Une fois qu’ils auront le sentiment que les marchés se seront stabilisés, ils réinvestiront dans ces entreprises.

Les actionnaires ont une vision lucide de la situation
et ne cèdent pas à la panique.

www.actionaria.com

Etude détaillée sur :

 





























Trois phrases : Jeudi Noir, noir lundi et mardi noir

sont utilisés pour décrire cet effondrement des valeurs boursières. Toutes les trois sont appropriées concernant ce fameux Krach qui n'a pas été l'affaire d'une seule journée. Le premier accident baissier s'est produit le Jeudi Noir (Octobre 24, 1929), mais la baisse ne fût pas si catastrophique comparée aux lundi et mardi (Octobre 28 et 29, 1929) dont les séances ont précipité la panique généralisée et l'apparition d'une ampleur sans précédent et des conséquences durables pour la États.

L'effondrement s'est poursuivi durant un mois. Le marché a cependant baissé durant presque trois ans et il a fallu attendre 1954 pour retrouver les mêmes cours.

Three phrases - Black Thursday, Black Monday, and Black Tuesday - are used to describe this collapse of stock values. All three are appropriate, for the crash was not a one-day affair. The initial crash occurred on Black Thursday (October 24, 1929), but it was the catastrophic downturn of Black Monday and Tuesday (October 28 and 29, 1929) that precipitated widespread panic and the onset of unprecedented and long-lasting consequences for the United States. The collapse continued for a month.


 

source : http://eco.rue89.com/


 
Un plan de sauvetage pour les villes spéculatrices

L'Etat prévoit des milliards pour éviter que des collectivités n'entrent en cessation de paiement à cause de leurs placements.

Par où la crise va-t-elle arriver? Les villes seront-elles les prochaines cibles de l'effondrement boursier? Les départements? Les régions? Alerté depuis des mois, le gouvernement prépare un plan de sauvetage des collectivités locales: « plusieurs milliards d'euros », selon une source officielle.

Place Beauvau comme à Bercy, on suit en effet la situation de près. L'estimation des encours de prêts pour les collectivités locales en 2008 s'élève à 67 milliards d'euros. Or, sur cette somme, 10 milliards seraient des « produits toxiques », précise-t-on dans l'entourage de la ministre de l'Intérieur, Michèle Aliot-Marie. L'agence de notation financière Fitchratings estime, elle, ces produits toxiques à 20 à 25 milliards d'euros. En juillet, elle livrait le diagnostic suivant:

« Ces produits, qui comportent généralement des contrats d’option très risqués, ont déjà entraîné certaines collectivités dans une fuite en avant qui pourrait les mener jusqu’à l’insolvabilité. »

Car les principales banques manquent de liquidités pour faire face aux demandes croissantes des collectivités locales, explique-t-on dans l'entourage de MAM:

« En début de semaine, nous avons eu une réunion avec les banques au ministère des Finances pour identifier les ressources : il faut trouver plusieurs milliards. [...] Les communes ont fait comme dans toutes les entreprises, pour présenter des choses bien lissées. On appelle cela la comptabilité optimisée. Mais lorsque les élus ont signé ces prêts, ils sont en principe responsables. Personne ne vous oblige à signer...»

Le gouvernement a tout de même décidé d'accélérer la mise en oeuvre de son plan. Les collectivités sont un maillon essentiel de l'économie, puisqu'elles assurent 75% de l'investissement public du pays. Si cette machine tombe en panne, la France est potentiellement en banqueroute. Un scénario noir jugé impossible par les observateurs, mais il faut prévoir le pire. Or, ces dernières semaines, les banques multiplient les refus de crédits.

A la communauté urbaine de Lille, 57% de la dette en produits complexes

L'information est passée inaperçue: le 25 septembre, le conseil de la communauté urbaine de Lille a voté la délibération « Réaménagement de la dette communautaire en 2009 ». Vote à l'unanimité, sur la foi d'un rapport présenté par Martine Aubry. Le texte s'achève par cette phrase mystérieuse qui autorise la présidente de la CULM:

« A faire appel en cas de besoin à des index référencés en devises étrangères de pays n'appartenant pas à la zone euro, dans la mesure où ces devises présentent des taux attractifs et un risque de change maîtrisé, et dans la limite de 15 % de l'encours de dette au 31/12/2008. »

Taux « attractif » ? Risque de change « maîtrisé » ? C'est la deuxième fois que les élus autorisent la collectivité à prendre des risques sur les marchés financiers. Et pas n'importe lesquels: le même jour, dans la délibération «Recours aux instruments de couverture du risque de taux et de change en 2009», un chiffre est lâché:

«Au 31 décembre 2007 le portefeuille d'instruments de couverture comprenait 48 contrats représentant un montant notionnel de 955 068 669,46 euros, soit 57,40 % du stock de dette.»

En clair, sur les 1,7 milliard d'euros de dette, 57% sont adossés à des produits spéculatifs. Le banquier du Grand Lille? Dexia... la banque qui assure les trois-quarts des crédits dédiés aux collectivités territoriales françaises. L'adjoint aux finances de Lille, Pierre de Saintignon, assure que les produits structurés ne représentent que 30% de la dette (160 millions d'euros):

« Nos produits structurés sont des produits plutôt simples (essentiellement des taux fixes bonifiés avec des barrières sur les taux variables) et nous ne disposons pas de produits basés sur la pente de la courbe des taux (qui ont été les produits les plus risqués ces derniers mois) ni de produits exotiques sur le change. »

L'argentier de Lille n'en dira pas plus: il négocie en ce moment avec les banques.

Des prêts indexés sur les produits les plus volatiles

Pour comprendre, il faut revenir trois ans en arrière. A partir de 2005, les fertiles cerveaux du trading imaginent de lancer sur le marché des collectivités locales de nouveaux produits. A l'époque, les taux d'intérêts sont encore très bas. Les communes présentent un très bon facteur de risque et surtout elles sont de plus en plus endettées. La recette des banquiers pour réduire cette dette? Parier sur les « taux structurés ».

Les gros établissements de la place (Dexia, Crédit Agricole, Caisse d'Epargne) proposent à leur client ces prêts très spéciaux:

  • Les taux fixe à barrière désactivante. Ces contrats prévoient une période de grâce (ou de bonification) de deux ou trois ans durant laquelle le taux applicable à l'emprunt est inférieur au coût de l'argent. Puis, une fois la « barrière » désactivée, le taux d'intérêt est calculé sur la base d'un autre indice européen, type Euribor, mais sans être « capé », c'est-à-dire sans limite...
  • Puis, des contrats de deuxième génération sont apparus -appelés « taux à effet de levier »- ils proposent la même chose et cette fois-ci le taux de référence n'est plus un indice, mais un calcul d'indice. En clair, un produit hautement sophistiqué comme l'écart entre deux taux, une option sur des cours de matières premières... bref, un indice hautement volatile.
Lyon a même indexé certains de ses prêts sur le cours du baril de brut. Concrètement, le risque avec ce type de prêt est de voir passer un taux de 3 à 10% ! Une perspective qui n'est plus si chimérique avec les soubresauts de ces dernières semaines.

Le maire (PS) de Saint-Etienne s'en est aperçu au printemps dernier, après un audit financier des comptes de sa ville soupçonnant une gestion hasardeuse de son prédécesseur UMP. Une véritable aberration pour Maurice Vincent... car à partir de 2011, Saint-Etienne plonge dans « l'inconnu »:

En juin, Maurice Vincent alerte les cabinets de Christine Lagarde, ministre des Finances, et Michèle Aliot-Marie, ministre de l'Intérieur, leur enjoignant de prendre des mesures réglementaires pour interdire ce type de prêts. Il n'a jamais reçu de réponse.

A Tulle, Hollande a choisi un prêt de pente en 2007

Qu'elles soient de droite ou de gauche, ces municipalités ont fait un pari très risqué sur l'avenir. Avec l'immense avantage de pouvoir afficher, juste avant les élections, une réduction substantielle des charges financières. Une sorte de brevet de bonne gestion, quitte à jouer à la roulette sur les années suivantes. L'exemple de Tulle est emblématique.

En juillet 2007, la ville corrézienne contracte, sous l'égide de son maire François Hollande, un prêt de 6,7 millions d'euros (pour une dette globale de 29,5 millions) à un taux fixe de 3,65% sur vingt ans, à condition que l'écart entre les taux à un an et les taux à trente ans reste positif. Dans le jargon de la finance, c'est un prêt de pente sur la courbe des taux. « Une gestion dynamique de l'endettement », commente Laurent Bourgès, directeur général des services.

En juin 2008, la courbe des taux s'inverse. Catastrophe, le taux « fixe » de 3,65% s'envole. Tulle renégocie alors son contrat avec Dexia. Elle obtient une garantie de taux fixe pour 2008, un passage à 4,3% pour 2009 et pour 2010... un retour aux conditions du premier contrat ! «Nous étions avec Dexia hier, ajoute Laurent Bourgès, et heureusement les courbes se sont recroisées il y a une semaine. » Cette fuite en avant est la seule solution possible. Pour repasser sur un taux fixe, la banque exigeait 6 à 7% de taux d'intérêt.

Des collectivités notées sur les marchés financiers

Tout un business s'est développé autour de ces contrats. A commencer par celui de la notation financière. Fitchratings est l'une des premières à avoir mis en place une liste mensuelle de cotation de communes. Objectif : fournir aux investisseurs un outil complet pour évaluer les opportunités du marché. David Diano, analyste chez Fitchratings, reconnaît que ces montages ne sont pas toujours très limpides pour les clients:

“Dans les plus grosses collectivités, on a souvent des équipes plus aguerries aux risques financiers, dans les plus petites, on peut en douter. Le contenu de ces contrats est rarement rendu public.”

Des petites communes comme Pont Saint-Esprit (Gard) ou Monteux (Vaucluse) ont cédé aux sirènes des produits structurés. Elles seraient plus nombreuses qu'on ne le croit. « Ces petites villes ne souhaitent pas communiquer, explique André Robert, délégué de l'Association des petites villes de France, car elles auront alors plus de difficultés pour négocier avec les banques. » Le 8 octobre, l'APVF a écrit au Premier ministre pour sonner l'alarme. Là encore, pas de réponse.

Le cabinet indépendant Public Evaluation System (PES) propose un autre palmarès, sur les grandes villes, les départements et les régions. Ici, pas de note, mais un classement des meilleurs profils financiers. Dans le palmarès 2008 des grandes villes, on trouve en queue de classement :

  • Grenoble
  • Tours
  • Mulhouse
  • Reims
  • Marseille
Marseille... l'une des villes les plus endettées de France: en 2006, sa dette s'élevait à 2290 euros par habitant, pour une moyenne dans sa catégorie de 995 euros. Marseille, où les emprunts financent certaines dépenses de fonctionnement, ce qui est théoriquement interdit. Quelle est la part des prêts exotiques dans cette dette? L'information est quasiment impossible à obtenir. Céline Moyon, consultante de PES, s'est souvent heurtée à cette opacité :

 « Dans une délibération de conseil municipal, vous n'avez pas tout le détail du contrat, au nom du secret industriel et commercial. La seule obligation légale est de faire apparaître dans les annexes du compte administratif, en fin d'année, la liste des opérations de couverture (si elles ont eu lieu), le nom de l'établissement bancaire, les gains et les pertes. »

Maurice Vincent, pourtant professeur agrégé d'économie, avoue n'avoir compris les complexes montages de Saint-Etienne qu'après l'audit réalisé par des spécialistes en finance publique.

Un risque de placement sous tutelle

En fin d'année, les règles comptables obligent les collectivités locales à équilibrer leurs comptes. Avec l'argent des banques. Face à la crise financière et à la rareté des liquidités, peut-on imaginer des faillites ?

A priori, non, répondent en choeur les protagonistes. Le risque, souligne Maurice Vincent, est plutôt de voir les villes en difficulté passer sous tutelle de la Chambre régionale des comptes, si elles se retrouvent en cessation de paiement:

Chez Fitchratings, David Diano se montre nettement moins optimiste :

“Nous n'excluons pas de voir des entités en très grande difficulté. Cela sera d'autant plus probable que la collectivité :

  • a une dette importante
  • a une marge de manoeuvre fiscale et budgétaire faible
  • a dans ses emprunts une part importante de produits structurés”
La liste des villes au bord du gouffre est entre les mains du gouvernement, mais pas question de la rendre public : « Pas d'affolement, nous sommes attentifs », répète-t-on à l'envie, comme pour se convaincre que le pire n'est jamais sûr.



Le groupe, engagé dans un processus de fusion
avec les Banques Populaires,
assure que compte tenu de son niveau de fonds propres
et de son importante liquidité,
cette perte n'affecte pas sa solidité financière.         

Le rapprochement accéléré entre les Caisses d'Epargne et les Banques populaires a-t-il trouvé son explication ? La caisse nationale des Caisses d'Epargne (CNCE) a reconnu vendredi avoir perdu 600 millions d'euros récemment lors d'opérations réalisées sur les marchés boursiers, comme l'annonçait le quotidien La Tribune. Cette lourde perte a été enregistrée dans l'activité dérivés actions réalisées pour le comptes des caisses d'épargne. La CNCE, holding des caisses d'épargne, a en charge de la centralisation et de la gestion des excédents de ressources des caisses.

"Compte tenu de son niveau de fonds propres - plus de 20 milliards d'euros - et de son importante liquidité, cette perte n'affecte pas la solidité financière du Groupe et n'a aucune conséquence sur la clientèle " souligne le groupe dans un communiqué. Et d'ajouter que "les mesures nécessaires ont été immédiatement prises pour solder cette position et mettre fin à cette activité. Des sanctions ont été prononcées et les autorités de tutelle informées". Selon l'AFP, le directeur financier du groupe a été limogé.

Une chose est sûre : cette fragilisation des Caisses d'épargne devrait "faciliter" les négociations sur les parités d'échange avec les Banques Populaires dans le cadre de la fusion. Jusqu'ici, certains envisageaient que ces dernières, qui pèsent moins lourd, versent une soulte de plusieurs milliards d'euros à la CNCE.

Les deux banques ont annoncé il y a une semaine qu'elles avaient reçu le feu vert de leurs administrateurs pour mettre en oeuvre un projet de rapprochement de leurs organes centraux, la Caisse nationale des Caisses d'épargne (CNCE) et la Banque fédérale des Banques populaires (BFBP). Le nouvel ensemble permettra de créer un solide numéro deux sur le marché français après le Crédit agricole. Il devrait disposer de plus de 40 milliards d'euros de fonds propres et de 480 milliards d'euros d'épargne et de dépôts à partir d'un réseau de 8.200 agences. Ce nouvel ensemble sera constitué d'un directoire et d'un conseil de surveillance dont les membres ne sont pas encore connus. Il y a huit jours, Charles Milhaud, le président du directoire de la CNCE, a toutefois laissé entendre que Philippe Dupont, le patron des Banques populaires, pourrait prendre la présidence du directoire du nouvel ensemble, indiquant qu'il avait "toutes les qualités" pour ce poste.

Lors d'une conférence de presse, les deux hommes avaient également expliqué que le contexte de crise financière avait contribué à accélérer les discussions entre les deux établissements en vue d'un rapprochement. Les deux groupes avaient déjà amorcé un rapprochement en regroupant fin 2006 l'essentiel de leurs activités hors banque de détail et hors immobilier dans leur filiale commune cotée Natixis dont ils détiennent ensemble 70,5% du capital au dernier décompte. (source AFP)

Plus d'infos à suivre...


Sur font d'affaire Kerviel dont la Société Générale aurait été prévenue dès le mois de mars (JDD) et la polémique sur les levées d'options de de son Président Daniel Bouton (Bloomberg) à hauteur de 348 000 euros, les dirigeants de la banque tentent de rassurer le marché à l'heure de la fermeture des marchés Russes. Les craintes se portaient vendredi sur la filiale russe, Rosbank qui a perdu 80% en cinq mois dont la SG détient une majeur partie. La SG aurait selon les rumeurs (REUTERS) une perte abyssale sur les produits structurés qui nécessiterait une nouvelle augmentation de capital à hauteur de dix milliards d'euros. Cette dernière se ferait dans le cadre du sauvetage des banques annoncés à la suite de ce week-end. Le gouvernement va annoncer ses mesures cet après-midi à 15 heures. Le fait que le titre SG perde plus de 15% pendant l'heure du déjeuner participe activement à cette rumeurs juste avant l'annonce gouvernementale alors que la SG dément catégoriquement .

Profil

  • ReaClic
  • Community Manager
  • Homme
  • 07/05/1962
  • réseaux sociaux network networker branding réseaux sociaux professionnels
  • CV Digital: http://www.louis-serge-real-del-sarte.com/ Consultant en Réseaux Sociaux d'Entreprise Octobre 2009 à Janvier 2010: rédaction d'un ouvrage sur 'Les Réseaux Sociaux en ligne sur Internet' aux éditions Alphée distribué au premier

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés