Quantcast
Clicky

Présentation

Calendrier

Juin 2013
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Concours

Recommander

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles

Article de Presse



Crise:
Fortis organise un déjeuner
à 150.000 euros
à Monaco

 



La branche assurances de Fortis, rachetée lundi par BNP-Paribas, a invité vendredi 50 personnes à participer à un "événement culinaire" dans l'hôtel le plus cher de Monaco, pour un coût de 150.000 euros,
rapporte vendredi le quotidien De Morgen.

 




Information Challenge de demain ?



L’interdiction de vente à découvert serait contournée
?!?
Les traders auraient trouvé un moyen de contourner l’interdiction de vente à découvert sur les valeurs financières édictée par l’AMF. Il suffirait de vendre un contrat sur l’indice et de racheter les valeurs le composant… à l’exception des financières. Une manipulation qui aurait contribué a faire sombrer l’action Dexia, qui fait partie du CAC 40... " Selon mon opinion, cette information si elle était confirmée et ne tiendrait pas compte de la réalité car aujourd'hui le prêt de titre est totalement gelé. De plus, les appels de marge pour toute vente à découvert de produits annexes que sur le CAC et les financières sont exhorbitants empêchant mécaniquement leur réalisation. Aucun desk de compliance qui se respecte n'autoriserait de telles transactions ou manipulations qui s'avèreraient être qualifiées d'abus de marché caractérisés.





  

 
 

La Banque Postale revendique
sa 'singularité' et innove


(Easybourse.com) Alors que le secteur bancaire français souffre d'un important ralentissement, l’activité de La Banque Postale (LBP) affiche pour sa part une activité soutenue au 1er semestre 2008, enregistrant un produit net bancaire (PNB) en hausse de 5% sur la période (hors provision Epargne Logement et plus value Euronext). Le président de son directoire, Patrick Werner, qui commentait ce matin ces résultats, a par ailleurs présenté les dernières initiatives de développement du groupe, dont le lancement prochain d'une plateforme de trading, via le portail d’informations financières Easybourse que La Banque Postale vient d'acquérir…

 


La crise financière internationale n'a visiblement pas les mêmes effets chez tous les acteurs bancaires. Tandis que le marché français de la banque de détail en subit pleinement le contrecoup, avec une réduction des capacités de financement chez les principaux établissements et une décélération du marché du crédit immobilier dans l’Hexagone, La Banque Postale, selon ses propres termes, gagne des parts de marché et «apparaît de plus en plus singulière par rapport à ses concurrents

Un model à l’abri du subprime

«Nous faisons aussi de la gestion dynamique, mais nous n’avons pas un euro d’actifs dépréciés». Commentant l’activité de sa banque, Patrick Werner a ainsi rapidement balayé les doutes sur les «casseroles» que pourraient, à l’instar de nombreuses autres banques françaises, tirer derrière lui son groupe.

Suffisamment rare pour être remarqué, le président du directoire s’est plu à rappeler que son établissement était demeuré totalement «à l’écart de la crise des subprimes». La Banque Postale pourrait même être la seule dans ce cas, a-t-il plaisanté.

Plus sérieusement, ce dernier a précisé que son groupe restait très vigilant quant au coût du risque sur les crédits immobiliers, qui reste encore «très faible». Une telle situation est d’autant plus utile, que LBP dispose de fait «d’une forte liquidité à l’appui de son développement» et enregistre une accélération de son activité dans ce domaine.

Activité soutenue au 1er semestre 2008

En chiffres, LBP a ouvert plus de 355 000 comptes CCP sur la période, et plus de 440 000 offres groupées. Le groupe souligne en outre que «compte tenu de l’évolution des taux sur les marchés de l’épargne, les dépôts des clients de la Banque Postale se sont orientés massivement vers les produits d’épargnes liquides

Quant aux crédits immobiliers, la production 2008 s’est montrée «supérieure à celle de 2007», «portant pour la première fois les encours de crédits à plus de 25 milliards d’euros.» Ainsi en juillet, le rythme de production a atteint 882 millions d’euros de prêts et 1 milliard d’euros d’offres accordées.

Au total, le nombre de clients actifs de LBP s’est inscrit en hausse à plus de 9,4 millions au 30 juin 2008.

Enfin, avec un PNB au 1er semestre de l’année établit à 2,366 milliards d’euros, en progression de 5% par rapport à 2007 (hors provision Epargne Logement et plus value Euronext), LBP, qui se place au meilleur rang des banques de détail en termes de croissance du PNB, a-t-elle les moyens de poursuivre son développement.

La Banque Postale innove et se développe

Un développement qu’elle entend mener sur plusieurs fronts. En premier lieu, l’établissement confirme l’accélération de sa politique partenariale, «notamment pour étendre sa gamme de produits et services» indique un communiqué.

Le groupe bancaire a d’ailleurs précisé qu’il menait actuellement deux processus de sélection d’un partenaire dans le crédit à la consommation et l’assurance de dommages. Patrick Werner a réaffirmé que des négociations exclusives avec la Société Générale étaient en cours et devraient être finalisées sans doute avant la fin de l’année.

Le groupe a également reconfirmé sa mission d’accessibilité bancaire liée au Livret A, avec l’ouverture de la Banque Postale Gestion Privée.

En termes de produits et de services, LBP a rappelé avoir mis en place depuis le 1er septembre tout un plan marketing autour du Livret A pour se préparer à l’ouverture de ce marché. Le groupe proposera en outre, à partir du 3 novembre, à ses clients patrimoniaux, un nouveau contrat d’assurance vie multisupport et multigestionnaires, baptisé «Cachemire». Ce contrat a été élaboré avec CNP Assurances.

Sur Internet, une des initiatives les plus singulières est sans conteste l'acquisition du site d’informations financières Easybourse. L'objectif de l'opération est de compléter l'actuel dispositif média du site par l'apport d'une plate-forme de courtage en ligne, dont le démarrage est prévu pour le 1er trimestre 2009. Easybourse projette à trois ans de disposer de 10 000 clients et 300 millions d'euros d'encours sous gestion. «Easybourse offrira à ses clients une gamme complète de services portant sur les principaux marchés, instruments financiers ou types d'ordres et poursuivra sa couverture dynamique et efficace en matière d'information et de pédagogie financière grâce à son équipe de journaliste».

La Banque Postale procèdera par ailleurs au lancement, courant novembre 2008, de la nouvelle version de son propre portail, afin que ses clients puissent, par exemple, recevoir et éditer sur Internet leur relevé de compte CCP ou souscrire entièrement en ligne un Livret A…


Publié le 11 Septembre 2008 Copyright © 2006  easybourse



Members who attended, Wednesday, September 3, the first day of hearings held by the Finance Committee of the National Assembly on the settlement of the case Bernard Tapie-Credit Lyonnais went on a surprise discovery. "Neither we do believe it," said Didier Migaud, President (PS, of the commission. We want first of all give us the means to understand. "Memory introductory presented by Charles de Courson, representative of National Assembly Board of Trustees of the institution of public financing and restructuring (EPFR), already had its share of revelations. The deputies were able to take note of the arbitration agreement which was finalized on January 30, before that the tribunal would make its award, July 7, condemning the Consortium de realisation (CDR) to be paid to agents Bernard Tapie 240 million euros, plus interest, and compensation for "moral damage" 45 million.



  
Record Credit Lyonnais: arbitration in favour of Mr Tapie was it legal?

Summing up all the information available, the secretary of the Finance Committee has been established that Bernard Tapie will get, after liquidating all debts and expenses and after tax profit including staff

between 106 and 144 million euros,

well above the estimates which had so far been advanced.





A decision to resort to arbitration while the Court of Cassation had previously made a ruling favorable to CDR, compromise prepared in advance "very favourable to the group Tapie," according to Mr. de Courson, an arbitral award "ignoring the res judicata "since the Court of Appeal and the Court of Cassation had denied the liquidators agents the possibility of seeking gains from the sale of Adidas group, the CDR's refusal to initiate an action for annulment "Everything in this case is unusual since the beginning," exclaimed Francois Goulard (UMP, Morbihan).

"This is an extraordinary case, has outraged François Bayrou (MoDem, Pyrenees-Atlantiques). The mission of the state is to defend the law and the taxpayer. In this case, he decided to abandon the force its positions and relying upon a private arbitration whose orientation was carefully specified in advance. The State has decided that the taxpayer Bernard Tapie to pay a debt which the Court of Cassation ruled that it had no existed. It is a theft. " "Clearly, we are faced with a case that one day we will call an affair of state", has seen Jean-Pierre Brard (app. PCF), while several members of the UMP tried to relativize the scope. While Jerome Chartier (UMP, Val-d'Oise) insisted that are quickly heard lawyers for Bernard Tapie to be "another vision of the dossier," Michel Bouvard (UMP, Savoie) called for "not wearing judgement to the cutter "and" not to politicize this issue ".

MEPs, however, were not after their surprises. The hearings successive Bertrand Schneiter, former president of EPFR, Jean-François Rocchi, president of CDR, his predecessor, Jean-Pierre Aubert, and finally the current president of EPFR, Bernard Scemama, have enabled them to be a fairly clear idea of the "chain of command".



Indeed, the acceptance of the arbitration and the decision not to initiate appeals were accepted by the CDR, an entity under private law. But what latitude he had vis-à-vis its 100% shareholder, EPFR, in the Board of Directors which sit two representatives of the State, and autonomy which the president of this public institution has - Does it himself? These were the questions raised by these senior officials.

Bertrand Schneiter, who said only "not shocked by the principle of arbitration," said that "the EPFR was unable to give instructions to CDR" and that he himself had " never asked to instruct a minister whatsoever. " However, the senior official handling with the verb with finesse stated: "I can not in all conscience, take a decision which I think the minister will refuse it." He also indicated that "the CDR took decisions that would put into effect only if the EPFR not precluded."

Defending also the decision to use the arbitration proceedings, Jean-François Rocchi stressed that "there is no principle that prohibits a subsidiary of a public institution to bring to arbitration." However, he acknowledged, "if EPFR had opposed this decision, it would stop there."

The president of CDR, however, was reserved for members an announcement troubling. While the morning, they questioned the possible enforcement of arbitral awards and on possible remedies, it showed an advance in the form of a cheque of 197 million would be paid as soon as Friday, September 5 to representatives of Bernard Tapie.



Indignation of François Bayrou: "In forty-eight hours, the taxpayer will discover that, by your decision and the government, the case is closed. What are these hearings, because decisions will become irreversible?" The remarks by Jean-Pierre Aubert brought a new light. For him, the judgement of the Court of Cassation on October 9, 2006 "gave the CDR a strong position." "The CDR could confidently expect the decision of a court referral," he said, arguing that because the reasons for resorting to arbitration, "at the request of the opposing party," does it "seemed irrelevant ". But, noted Mr. Aubert, "the president of CDR does not take a major decision without the consent of the Minister of Economy and Finance." For the former president of CDR, "the decision of the arbitral tribunal is incomprehensible against the very principles of law".

Last heard, Bernard Scemama, who had just taken office as President of the EPFR when was initiated arbitration proceedings, gave him about a more embarrassed. "There was a very strong current in favor of arbitration to settle the case Tapie," he acknowledged. Pressed by questions by MPs, he said that "the CDR had seized EPFR to ensure there were no objections." "The Board has not raised any objection, he continued, representatives of the State which has indicated that it had received instructions not to oppose arbitration." However, entrusted Mr. Scemama, who was asked what he thought of the award made on July 7: "The sky we fell on his head." The hearings will resume Wednesday, September 10: Members will hear Jean Peyrelevade, former chairman of Credit Lyonnais, and Bernard Tapie;

Source : Lemonde.fr


French conclusion :








Profil

  • ReaClic
  • Community Manager
  • Homme
  • 07/05/1962
  • réseaux sociaux network networker branding réseaux sociaux professionnels
  • CV Digital: http://www.louis-serge-real-del-sarte.com/ Consultant en Réseaux Sociaux d'Entreprise Octobre 2009 à Janvier 2010: rédaction d'un ouvrage sur 'Les Réseaux Sociaux en ligne sur Internet' aux éditions Alphée distribué au premier

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés